Menu
Lifestyle

Cosmétiques Bio : pourquoi les choisir ?

Et si on apprenait à se connaître avant que je commence à te vanter les vertus de tous mes petits produits (oui rien que ça) ? En t’expliquant par exemple pourquoi depuis quelques années je n’utilise que des cosmétiques bio. Et pourquoi je vais t’y convertir si ce n’est pas déjà fait (j’aime relever des défis).

Une addiction aux cosmétiques

Tout d’abord soyons clairs sur un point. Avant de me tourner vers les cosmétiques bio, j’étais une véritable addict aux cosmétiques en général. Je cumulais pas moins de :

  • 70 rouges à lèvres.
  • 15 palettes yeux.
  • 20 fonds de teints.
  • 30 masques visages.

Tu vois où je veux en venir ? Je n’ai pas tout énuméré car il y a bien sûr les mascaras, les blush, les produits cheveux (oh mon dieu ma douche en était remplie), les soins visages… Bref j’adore les cosmétiques je ne m’en cache pas. J’adore les odeurs, les textures, les univers… Tout cela me fait bien plus voyager que d’imaginer le résultat sur moi.

A l’époque j’étais en prime abonnée à des box – j’avais d’ailleurs postulé pour être Content Manager chez Birchbox – de quoi satisfaire un peu plus mes envies.

https://www.instagram.com/p/BR_aIexgezd/?utm_source=ig_web_copy_link

Si j’utilisais avant tous des produits issus de la cosmétique conventionnelle – en témoigne feu ma carte Gold Séphora, et j’en ai trois – j’utilisais aussi des produits bio de temps en temps. Ma seule restriction était de ne pas avoir de silicones dans mes produits cheveux.

Cosmétiques bio : le déclic

Etant addict aux cosmétiques, j’ai toujours voulu travailler dans ce domaine. Après maintes candidatures envoyées et refusées – la joie de la sortie d’études – un site de cosmétiques bio a bien voulu de moi en tant que Content Manager.

Je me suis donc retrouvée à passer MES JOURNÉES ENTIÈRES (je mets des majuscules pour que tu comprennes ma joie) au contact de cosmétiques. Cosmétiques que je pouvais tester presque à volonté – faut pas pousser non plus.

A l’époque je souffrais de psoriasis au visage et une de mes collègues – vile tentatrice – m’a vantée les bienfaits d’un produits pour soigner ce type de maladie de peau. J’ai testé. Ma peau a adoré. Mon psoriasis a disparu. En 3 jours. J’ai adoré ce produit. Je l’ai acheté aussitôt.

Je me suis alors posée une question : comment alors que cela faisait des mois que j’essayais tout un tas de produits pour me soigner, ce soin avait pu soigner ma peau aussi rapidement ?

https://www.instagram.com/p/BetcIs8gZwr/?utm_source=ig_web_copy_link

Ingrédients actifs vs inertes

Ce ne sont pas les termes exacts mais je m’excuse par avance, je n’ai pas de formation de chimiste. Je suis juste quelqu’un de curieux.

Donc, je me suis penchée vers les compositions. Et j’ai été forcée de constater un léger – vraiment petit – détail : les cosmétiques conventionnels ont des ingrédients inertes. Qui n’apportent rien à la peau. Vraiment rien. Ils permettent de stabiliser la formule, apporter une texture, une couleur, une odeur, mais sont rarement de véritables actifs.

Prenons un exemple connu : les silicones dans les shampoings. Ce sont souvent grâce à eux que l’on a de superbes cheveux tout doux et brillants. Donc c’est un ingrédient actif ? Non, inerte. Il se contente de gainer le cheveux et combler les brèches. Il est doublement inerte qu’il s’agit ni plus ni moins de plastique.

Oui, du plastique. Et dans grand nombre de cosmétiques conventionnels on retrouve pèle-mêle :

  • de la silicone
  • de l’huile minérale
  • des perturbateurs endocriniens
  • des irritants
  • du PEG – PPG

Et donc pas beaucoup d’actifs.

Après m’être beaucoup renseignée sur ces ingrédients, j’ai décidé de ne plus jamais acheté de cosmétiques conventionnels et je suis devenue une pro du décryptage de formule (ce qui était aussi mon boulot).

Cosmétiques : et l’impact écologique ?

Un autre point me turlupinait – oui ce mot existe encore – quel est l’impact écologique de tous ces cosmétiques ? Je me doutais que tout cela polluait mais j’étais persuadée que ça polluait moins que les voitures par exemple – il est beau le déni.

Sauf que comme vu précédemment, la majorité des cosmétiques sont faits avec les deux ingrédients suivants :

  • De la silicone
  • De l’huile minérale

Donc du plastique et du pétrole, tu me vois venir ? Tout cela est polluant à la fabrication mais aussi lors de l’évacuation par le biais des eaux usées. Et on ne parle pas du sulfate contenu dans les produits lavant, lui aussi très polluant.

Je ne pouvais donc plus me voiler la face.

Cosmétiques bio : et maintenant ?

Donc je n’utilise maintenant que des cosmétiques bio pour les raisons évoquées ci-dessus – ajoutons à cela l’étique concernant les tests sur les animaux. Sache que cela à impacter ma vie en générale car je fais maintenant hyper attention aux produits que je consomme dans ma vie quotidienne.

Je ne suis pas parfaite, je sais que ma consommation de cosmétiques reste élevée même si elle a diminué. Mais j’ai fait le choix de consommer mieux, en des produits auxquels je crois sincèrement.

About Author

Passionnée de cosmétiques bio et d’écriture, j’ai été Content Manager pour un célèbre site de cosmétiques bio orienté luxe. Ce qui n’a pas aidé du tout mon addiction pour les cosmétiques. Du coup je te parle cosmétiques bio mais aussi écologie. Et à l'occasion comme je prépare le mien, mariage éco-responsable

4 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.